jour 58 étape 54 : de Hornillos del Camino à Castrojeriz : 19,5 km jeudi 24 Mai

Jeudi 24 Mai 2012

Il y a enfin un ordinateur dans le seul cybercafé de Castrojeriz, mais il m’en coute 1/4h d’essai infructueux pour arriver a charger zéro photo.

Voici le compte rendu envoyé par le téléphone:

Hier soir, nous avons dîné à la table d’un Écossais et d’un Irlandais, tous deux partis de Saint Jean Pied de Port.

Dans notre casa rural, logeaient six Français qui venaient de commencer le chemin à Burgos. Nous sommes de plus en plus rares à venir de plus de mille kilomètres. Nous n’oublions de semer de temps en temps les petits cailloux blancs pour Bernadette qui se reconnaîtra !

Le matin, le soleil est généreux et il met du temps à réchauffer l’air. Les brumes matinales résistent un peu avant de dévoiler complètement les magnifiques paysages de Castille. Même, les lignes à haute tension traversent les champs avec une certaine grâce (qualité que je ne leur concède d’habitude jamais).

Je suis stupéfait de découvrir un champ d’éoliennes après l’autre. Je compte des centaines d’éoliennes. Il faut dire que sur ce plateau le vent souffle en permanence et que personne n’y vit. Vers 11h, le soleil commence à écraser tout ce qui vit ( et nous avec). Heureusement, comme prévu, le village de Hontanas se découvre soudain au creux d’un vallon. Il était temps.

Nous n’emportons qu’un litre de thé avec nous pour la journée. Nous préférons ne pas transporter d’eau et l’acheter gazeuse et fraîche à raison de deux ou trois fois le long du trajet. A Hontanas donc, nous entrons dans une tienda, où nous buvons notre eau avec un yaourt frais. La restauratrice nous prépare des bocadillos et des fruits à emporter. Puis nous entamons la traversée du plateau sous un soleil fort. Ce n’est plus comme en France où il fallait gérer la fatigue musculaire due aux nombreux dénivelés. Ici le terrain est plat, alors c’est une fatigue métabolique qu’il faut gérer. Ne pas marcher trop vite, pour réduire la transpiration et ne pas échauffer les pieds. On n’a eu jusqu’à présent qu’un début d’ampoule chacun et obtenu leur résorption par une “politique” d’évitement des échauffements et des efforts violents. Quand il fait beau et chaud, le risque est plus élevé.

A 13h, nous atteignons ce qui reste du couvent San Anton, hospice de pèlerins depuis le XIIème siècle. Aujourd’hui une route asphaltée passe à travers le porche.

De la nef de l’église il ne reste que les murs percés d’ouvertures en ogive. Du choeur aussi, il ne reste que les murs. Ce sera notre salle à manger du jour, inattendue et paisible.

Nous y rencontrons une Québécoise qui est partie à vélo de Compostelle et qui fait le chemin à l’envers.

Après encore 4 km, nous arrivons à Castrojeriz, notre destination du soir.

1 réflexion sur « jour 58 étape 54 : de Hornillos del Camino à Castrojeriz : 19,5 km jeudi 24 Mai »

  1. tomtom

    ah oui j’ai tout de suite reconnu bernadette !! 😉 et cette nef quel cadre magnifique pour un p’ti gueuleton à l’ombre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.