jour 34 : retour vers Aire sur l’Adour : lundi 30 avril

Lundi 30 avril 2012

Marie-Helene et Charlie sont venus nous faire un dernier petit coucou a notre départ de l’hôtel. Charlie m’a accompagné sur quelques pas du chemin de Compostelle!

mes premiers pas vers Compostelle avec Grand Papy

Puis nous avons pris le TER a la gare de Bordeaux pour Mont de Marsan. Un bus nous a transportés de Mont de Marsan à Aire sur l’Adour. Il pleut à verse. Mais en soirée le soleil revient et nous poursuivons la visite de la ville.

la halle aux grains d'Aire sur l'Adour

Notre hôtel « chez l’Ahumat » est resté figé en 1965 à tous points de vue : la déco, la chambre, la moquette, les sommiers, les matelas, le WC (sur le palier, pas au fond du jardin). Même les clients font années 60 (pas nous) : un monsieur arrive juste après nous. La soixantedizaine, les cheveux gominés, blouson de cuir, chevalière en or au doigt; il roule les mecaniques suivi de sa secrétaire  « bonsoir, je suis l’impresario de ?? (une célébrité locale?), j’ai ma mercédès coupé qui est tombée en panne juste en arrivant, le patron est la? » On a l’impression d’être dans un film de Gabin.

Le soir, nous sommes nombreux dans la salle de l’hôtel qui fait aussi restaurant. L’imprésario et sa secrétaire sont à la table voisine. Là encore, le décor est années 1965. Poutres en bois couleur pitchpin, paravents en bois tressé genre claies de jardin, plantes sans âge qui vivent sans eau. Lourdes tentures de velours vert aux fenêtres. La soupe est bonne. L’imprésario fait des slurps sonores. Des pèlerins étrangers ne comprennent pas ce que la serveuse leur dit et la serveuse ne comprend pas ce qu’on lui repond. Finalement tout le monde parvient à ses fins. La cuisine est grasse, mais ça va.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.