jour 75 étape 71 : de Triacastela à Sarria : 19,5 km Dimanche 10 Juin

Dimanche 10 Juin 2012

1400 km aujourd’hui, restent 122

Ce matin, froid et bruine.

Nous démarrons en blousons, habillés de frais. Dans tous les potagers, il y a les fameux choux qu’on effeuille en partant d’en bas, pour en faire de la soupe.

Dès la sortie de Triacastela, le chemin monte vers les nuages, qui eux, sont bas.

Une tour Eiffel à monter et une à descendre, aujourd’hui. La Galice regorge d’eau et il y a partout des fontaines, parfois décorées de la coquille.

Arrivés à 900m de hauteur, on pourrait se croire dans les Vosges. Mêmes chemins caillouteux, bordés de graminées et de digitales pourpres.

Il y a de superbes photos à faire, alors que la plupart des pèlerins ne jettent même pas un coup d’oeil autour d’eux. Ils sont blasés, car ils ont déjà tout vu à la télé. Certains d’ailleurs, emmènent carrément leur écran plat sur le dos, nous semble-t-il.

Un beau chemin bordé de chênes achève de nous guider jusqu’à Sarria, notre étape du soir.

Nous sommes allés au monastère de la Madeleine de Sarria, où j’ai à nouveau pu chanter en solo, alors que au même moment, le choeur du Motet donnait son concert à St Etienne à Mulhouse.


Au restaurant, ce soir, nous sommes assis à côté de Francois (sans son âne, non accepté à table) et nous échangeons sur ce qui s’est passé depuis 8 jours.
Ce soir, Michelle et moi, sommes tous les deux en voie de guérison. Pas de nouveaux symptômes.
Encore 24h pour être sûrs. En tout cas, une mouche qui passerait à moins d’un mètre de nos sacs a dos, n’y survivrait pas.

3 réflexions sur « jour 75 étape 71 : de Triacastela à Sarria : 19,5 km Dimanche 10 Juin »

  1. fiehrer robert et marie-anne

    Non merci pour le stage (linge à laver et sécher) sur vos chemins !
    D’autant plus que les “élégantes aux yeux fardés” je préfère ne pas les voir par moi même. Vous auriez pu avoir l’oeil au beurre noir à les photographier de si près.
    Nous irons donc sur nos chemins le long du canal du midi, sans Tour eiffel à monter ou à descendre et espérons bien ne pas rencontrer les bestioles de l’Albergue Tio Pepe de Villar de Mazarife !
    Nous pourrons encore vous lire jusqu’à mercredi soir, avec toujours autant de curiosité car, même quand il n’y a rien à dire (chose plutôt rare) vous avez toujours quelque chose à dire ou à photographier (la machine à laver recyclée était trop belle).
    Je vous borde bien fraternellement pour ce soir.
    Marie-Anne

  2. tomtom

    pour sûr la marche doit vous rendre sveltes, mais papa, mange un peu ! on dirait presque que tu as piqué un de mes vieux “baggy” 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.