jour 15 – étape 14 : de Felzins à Béduer : 23,2 km

Mercredi 11 avril 2012
Objectif le mas de la Croix 46100 Béduer
05 65 11 40 86 ou 06 88 21 13 00.
Nous partons vers Figeac. La grêle d’hier soir s’est accumulée sur les bas-côtés de la route.

la grêle sur les bas-côtés

Alors que nous approchons de Figeac, nous nous apercevons que nous avons emprunté par erreur la variante du GR qui contourne Figeac. Nous décidons de prendre un petit chemin indiqué sur la carte. Par chance, nous découvrons un authentique chemin qui servait à guider les moutons vers leurs pâturages. Le chemin est bardé de chaque câté d’un mur de pierres sèches avec une ouverture au droit de chaque pré. Il y même une magnifique caselle (abri rond de berger tout en pierre).

La caselle sur les hauteurs de Figeac

Arrivés à Figeac, nous rencontrons pour la dernière fois Pierre le Suisse pour qui le voyage se termine là. Il s’apprête à prendre le train pour rentrer chez lui. Nous mangeons une pizza et nous essayons de faire tamponner notre créanciale. Peine perdue. A l’église Saint Sauveur, l’accueil des pèlerins n’est pas encore ouvert. On voit le tampon posé sur une table derrière une paroi vitrée. A portée de main, mais pas accessible. Nous nous rendons au presbytère et sonnons aux 6 boutons possibles, mais pas de réponse.
Sur la carte, j’ai remarqué qu’en contournant la colline par le Nord , on pouvait sortir plus vite de Figeac et gagner un kilomètre. Malgré les signes de fausse piste à l’attention des pèlerins, nous persévérons. Le chemin à travers la forêt monte fort. Au bout d’une heure, on a pratiquement contourné la colline quand nous débouchons… sur une autoroute qui n’existe pas sur la carte. Une autoroute en construction. Une tranchée de 100m de large nous barre la route. Et de chaque côté, à perte de vue, un grillage surmonté d’un fil de fer barbelé. Comment passer? Nous remarquons un endroit où le grillage a été affaissé volontairement. Nous arrivons à passer. Nous traversons une autoroute vide, mais de l’autre côté, une clôture également. Nous la longeons sur 50m et nous trouvons un endroit où la clôture a été coupée du haut en bas et soigneusement recousue. Nous passons par là. Nous défaisons la couture et passons de l’autre côté. Et nous refermons soigneusement. Mais la partie n’est pas gagnée. Nous sommes dans un pâturage entouré de fils de fer barbelés. Pas d’animaux heureusement. On a vu que les vaches du coin ont les cornes effilées. Alors prudence. Mais apparemment, quelqu’un avant nous a eu la même mauvaise idée de prendre ce raccourci. Un poteau de clôture en bois semble avoir été déplanté. Effectivement, il se laisse soulever et je le bascule à l’horizontale en même temps que les trois fils de fer barbelés fixés dessus. Je le maintiens soulevé en l’étayant avec un de nos bâtons de marche. Et nous nous glissons par-dessous. Les sacs d’abord, et nous après. Nous sommes tout prêts d’arriver dans une cour de ferme. Mais il y a encore un fil électrifié qui nous barre la route. Je le décroche d’un côté et remarque l’étincelle de rupture de contact. Il était donc bien sous tension. Je referme derrière nous… re-étincelle. Puis encore un fil électrifié, puis un troisième. Enfin nous voici dans la cour de ferme. Les oies donnent l’alerte. Nous craignons à présent une décharge de chevrotine. Rien ne bouge… On est passés et on foule la route asphaltée qui descend avec bonheur… sur 500m, car au bout en travers de la route  : la tranché de l’autoroute et sa clôture!
Deux ânes nous regardent avec intérêt du pâturage voisin. “Les ânes c’est qui?” semblent-ils penser. Alors on sort le téléphone de Michelle et on appelle le GPS au secours. Et il nous trouve!
Remonter de 500m! Puis à droite, et revoici le GR bien balisé vers Béduer.
Il se met  à pleuvoir sans interruption.
6 km avant Béduer, la pluie cesse. Nous arrivons a peu près secs au Mas de la Croix à 17h40. Mme Jeanne Germier nous reçoit et nous propose de préparer un repas du soir puisque le restaurant du village est fermé. Nous faisons la connaissance de Robert et Rose-Marie, un couple de Suisses de Constance (un Suisse de perdu, deux Suisses de retrouvés). Ils ont le projet d’aller jusqu’aux Pyrénées.

6 réflexions sur « jour 15 – étape 14 : de Felzins à Béduer : 23,2 km »

  1. tomtom

    alors cette cheville ça désenfle ? non pas que papa est frimeur hein…je rigole j’espère que ça va on suit vos peripeties d’ici chaque jour…paris et toute l’alsace vous encourage !!

  2. Josiane

    Quelle journée ! Je pensais qu’il suffisait de suivre une route tracée mais je vois qu’il faut aussi être perspicace, bricoleur et courageux !
    Bravo !

  3. Jean-Pierre & Françoise

    On vous suit toujours – et tous les jours (plutôt le soir) et sommes contents d’avoir régulièrement de vos nouvelles.
    Vous faites vraiment fort.
    On vous embrasse!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.